Contact

✉ Contact
Vous êtes ici : AccueilAccueilA la une

Alla scoperta di Chantilly

4. gallery ChantillyArmonia. E ricchezza, natura, sorpresa. Ecco un riassunto del domaine di Chantilly, dimora principesca con una storia sorprendente alle porte di Parigi. Una vasta foresta che sembra infinita la avvolge come uno strascico verde modellato soltanto dai disegni di Le Nôtre, che progettò i giardini in modo così spettacolare da lasciare a bocca aperta visitatori e residenti. Quando il viale che attraversa la foresta emerge dal verde lo sguardo rimane sorpreso per un attimo su questo luogo incantevole disegnato attorno a un castello che sembra strappato alle rive della Loira e che invece è tanto sontuoso quanto ambizioso era il Gran Condé, proprietario del luogo e cugino di Luigi XIV con cui decise di rialeggiare. Almeno dal punto di vista architettonico.

Così l’antica fortezza divenne un castello all’altezza della reggia di Versailles con ori e stucchi, arazzi e velluti. Ancora intatti, come la maestosa collezione di opere d’arte seconda solo al Louvre, per volere dell’ultimo discendente, il duca di Aumale che lo donò all’Institut de France a condizione che niente fosse alienato, spostato o rimosso. Le porcellane per cui Chantilly era famosa e i servizi da tavola con gli stemmi principeschi sono ancora là, negli armadi a ridosso dell’immensa sala da pranzo con un tavolo che poteva accogliere cinquanta commensali.

Dal balcone della suite Condé la vista sul giardino all’inglese, sullo sfondo dell’île d’amour è spettacolare e rivaleggia con le tele che riproducono quelle del museo. Si trova al primo piano della locanda, anzi Auberge, du Jeu de Paume (http://www.aubergedujeudepaumechantilly.fr) aperta nell’antica gendarmerie a ridosso delle mura di cinta del castello. Classe allo stato puro, con salotti che sembrano fatti apposta per degustare madeleines fatte in casa accompagnate da crème Chantilly alla vaniglia. Mentre ancora sembra di sentire il vociare delle signore alla moda che si sono appena date appuntamento qui per l’evento imperdibile della stagione: il prestigioso Prix de Diane che si svolge a Chantilly ogni mese di giugno. Mentre i purosangue corrono e gli appassionati seguono con binocoli, i loro cappellini sono una competizione nella competizione che nulla ha da invidiare a quella di Ascot. E per qualcuno sono la vera sfida.

Par Carla Diamanti
www.thetraveldesigner.it

Parigi e il giardino di pietre

Parigi e il giardino di pietre

 

Capita di passeggiare lungo rue de la Paix, quel nastro di lusso fra l’Opéra e place Vendôme. Quella dei gioiellieri, delle vetrine sfavillanti e spesso prive dei cartellini con il prezzo, delle auto con i vetri fumé che rallentano e poi ripartono dopo aver richiuso le portiere posteriori. Capita che cominci a piovere, che ci si debba riparare in un portone e che la pioggia duri giusto il tempo di solleticare la curiosità. Dietro il portone un delizioso cortile tipicamente parigino con una costruzione incorniciata di bianco, vasi di fiori e piante e un portaombrelli con i parapluies  color melanzana, proprio come le tende alle finestre. Dietro una di queste, una vetrina in realtà, il banco di lavoro di un tagliatore di pietre mentre dietro le altre fiori, trifogli, gocce e piccoli giochi di forme e di colori. Oltre la porta, anche questa incorniciata di bianco, una signora sorridente mi tende la mano e mi invita a bere un caffè.

E’ così che comincia la scoperta di una storia da raccontare.

La signora, Isabelle Langlois, è la discendente di una vecchia famiglia di tagliatori di pietre del Jura. Su quei monti, dove l’inverno era lungo e il freddo intenso, gli abitanti dei villaggi cominciarono a lavorare le pietre dure dopo che Calvino e la Riforma proibirono di indossare gioielli. Le pietre erano utilizzate per gli orologi, per i quali il Jura svizzero è ancora famoso, ma anche come ornamento sobrio e meno vistoso. Il nonno di Isabelle divenne talmente bravo che si spostò a Parigi per aprire la seconda sede di un’azienda destinata a diventare tra le più famose al mondo.

“Non sono altro che un risultato” mi dice Isabelle raccontando come il suo futuro fosse già segnato, di come si sia nutrita di colori e di frammenti di pietre fin da bambina. Ed è così che scopro la notizia più inattesa. Aveva dieci anni e a suo nonno venne commissionata la lavorazione delle pietre per l’incoronazione di Farah Dibah come imperatrice di Persia. Lo shah Reza Palhavi voleva che sua moglie indossasse una corona, disegnata da Van Cleef&Arpels,  fatta con una parte dell’inestimabile Tesoro di Persia ma c’era un problema: quei gioielli non potevano lasciare il Paese e perciò  l’unica soluzione era disegnare e realizzare in Francia una corona incastonata di pietre preziose identiche a quelle del Tesoro che poi sarebbero state sostituite una volta arrivata in Iran. Un chilo e mezzo circa fra oro, 105 perle, 34 rubini, 2 spinelle, 38 smeraldi e 1469 brillanti. La ricerca di tutte le pietre fu lunga e minuziosa ma la vera prova fu riuscire a trovare smeraldi con la luce e la stessa trasparenza di quelli da imitare. E Isabelle bambina sedeva al tavolo con sua nonna che invece dei biscotti appena sfornati le faceva passare sotto il naso pietre da selezionare con la massima cura.

I colori, le storie e i personaggi sono diventati l’ispirazione delle sue collezioni dedicate ai pittori (Piet Mondrian, per esempio), alle opere teatrali (Un Tram chiamato Desiderio), al regno floreale. E, se proprio non si possono indossare, queste opere d’arte (che qualcuno addirittura colleziona) si possono almeno ammirare, insieme alla foto della “falsa” corona dell’imperatrice, nella vetrina di un delizioso cortile interno al n. 12 di rue de la Paix.

 

Par Carla Diamanti

www.thetraveldesigner.it

L'APE à Chantilly

chantilly ape 2015Un groupe de journalistes de l'APE a été accueilli, à l’Auberge du Jeu de Paume à Chantilly, par Pascal Groëll, Maître de Maison. Il a présenté son établissement situé au sein du Domaine de Chantilly, entre les jardins du château et les Grandes Écuries. L’auberge tient son nom de l’ancien Jeu de Paume, qui abrite aujourd’hui les peintures monumentales du musée Condé. Héritées de Le Nôtre et de Mansart, la sobriété de ses lignes et l’élégance de ses aménagements font écho à un certain art de vivre à la française. Unhôtel de luxe unique au cœur d’un patrimoine historique et culturel d’exception, à seulement 40 kms de Paris.

Reneszánsz kori szőlőfajtákat telepítenek újra Franciaországban

Ötszáz év után újrahonosítják I. Ferenc francia király borszőlőit a Loire-völgyben található Chambord-ban, ahol öt év múlva évi 60 ezer üveg bort terveznek termelni.

I. Ferenc uralkodása (1515-1547) a reneszánsz és a reformáció megjelenésének időszaka volt a francia királyságban, amelynek ötszáz éves évfordulójára számos rendezvénnyel készül Franciaország. A reneszánsz stílusban épült, mesebeli várra emlékeztető, tornyokkal és bástyákkal díszített chambord-i királyi vadászkastély parkjából két évszázada filoxérajárvány pusztította ki a Burgundiából érkezett szőlőtőkéket, amelyeket 1519-ben telepített I. Ferenc király. A kastély a betegség elől megmenekült szőlőtőkék történelmi újratelepítésével ünnepli az évfordulót.

Chambord a legnagyobb és az egyik legszebb Loire-völgyi kastély, ahol a hagyományos középkori francia építészetbe először vegyültek reneszánsz stílusjegyek. A világörökség részét képező épület elsősorban a Leonardo da Vinci tervei alapján készült csigalépcsőjéről ismert. I. Ferenc – aki az innen 170 kilométerre található Fontainebleau-ban élt – eredetileg állandó vadászkastélynak szánta az épületet, de uralkodása alatt alig másfél hónapot töltött itt.

A kastély egy 32 kilométer hosszan kőfallal körülvett, több mint 5 ezer hektáros erdő mentén található, amelynek területe Párizs területének felel meg. A fal mentén, egy kilométerre az épülettől alakították ki júniusban 6 hektáron az új szőlőparcellákat, amelyeket jövőre a duplájára akarnak növelni. Ezzel az évi másfél millió látogatót fogadó kastélymúzeum és park teljesen visszanyeri a 19. században elvesztett környezetét.

Jean d'Haussonville igazgató terveit személyesen Francois Hollande államfő hagyta jóvá tavalyi látogatásán. A területre egyébként a 20. században a francia köztársasági elnökök gyakran jártak vadászni, de ezt a hagyományt még Hollande elődje, Nicolas Sarkozy végleg megszüntette.

A borturizmus és a kastély bevételeinek növelése érdekében az igazgató olyan nemes és drága bor termelését határozta el, amelyet mindenhol el lehet adni a világon.

"I. Ferenc Burgundiából telepítette a tőkéket 1519-ben, de az akkori szőlészetet a betegségek elpusztították" – emlékeztetett az igazgató. "A bortermelés az örökségvédelem része, a szőlőtőkéket ráadásul látni lehet a kastélyból is, így a táj szépségét is újrateremtjük" – hívta fel a figyelmet.

A 19. századi filoxéra minden szőlőt elpusztított Franciaországban, kivéve egy birtokot, amely a chambord-i kastélytól 35 kilométerre, Soings-en-Sologne-ban található. Itt őriztek meg néhány tőkét a zamatos romorantin szőlőfajtából, amelyet I. Ferenc honosított meg a Loire-völgyben.

"Ez a világ legrégebbi szőlőfajtája. I. Ferenc tőkéi visszakerülnek a bölcsőjükbe" – hangsúlyozta Henry Marionnet, a 2006-ban talált különleges birtok jelenlegi tulajdonosa. Szerinte az 1870-es pusztítás előtti időkből megőrzött tőkékben "több az elegancia és az összetettség" a mai borszőlőkhöz képest.

A chambord-i bor mindenekelőtt egy régen elfelejtett, nemes szőlőfajtából készült bor történelmi újjászületése lesz. Az első évjáratot 2019-ben tervezik, a kastély építésének és a tőkék telepítésének ötszáz éves évfordulójára. A 60 ezer chambord-i címkézésű üvegből 300 ezer euró (92,8 millió forint) nettó nyereségre számít a kastély, amelyből az erdőt körülvevő fal éves karbantartását tudják fedezni.

A termelés egyharmadát szponzorok kapják ajándékba, egyharmada a legnagyobb francia séfek Michelin-csillagos éttermeiben kerül majd az asztalokra, egyharmadát pedig az Egyesült Államokba és Nagy-Britanniába fogják exportálni. A romorantinből készülő Cour-Cheverny fehérbor mellett a Chambord-ban élt személyiségeket megidéző vörösborokat is termelnek pinot noir és gamay keverékéből.

Par Katalin Venczel

Parrainage par la ville de Grasse du 3ème Régiment d’Artillerie de Marine (3ème RAMA)

cote azur raniEn ce Samedi 23 Août 2014, nous assistons au Palais de Congrès de Grasse, à la Cérémonie du Parrainage par la ville de Grasse du 3ème RAMA, basé à Canjuers, dans le Haut-Var (83). La proximité géographique explique déjà ce rapprochement entre la ville et le régiment. Mais il y a surtout, cette tradition de lien « Armée-Civil »qui existe depuis 13 ans entre Grasse et les « Bigors » du 3èmeRAMA. Grasse, ville du parfum, était représentée par son maire : Jérôme VIAUD, ainsi que par le sénateur-maire honoraire de Grasse, Jean-Pierre LELEUX. Quant au régiment, c'est à son chef de corps, le colonel REINBOLD, qu'est revenu l'honneur de signer la charte de parrainage. Cette signature est l'aboutissement d'un long processus administratif, avec l'association des villes marraines de régiments, la ville de Grasse et le 3ème RAMA. Il s'agissait de valider ce parrainage, qui s'exprimait déjà, et s'exprimera dans différentes actions comme l'envoi de colis-cadeaux par la population civile de Grasse, aux soldats en opération extérieure (OPEX), en Afghanistan ou au Mali, pendant les fêtes de Fin d'année. Pour rappel, la 3ème RAMA, est spécialisé en appui-Feu et renseignement au profit de la 6ème Brigade légère blindée.

A une époque, où la France, avec les restrictions budgétaires, s'interroge sur le rôle et la capacité de son armée, ce lien de parrainage vient renforcer l'idée selon laquelle, tous les membres de notre société (civils et militaires), font partie d'un tout, où chacun a sa place, et où tout le monde est interdépendant, et que le rôle de soutien moral est tout aussi important que celui de défense active. Encourageons donc, ce type d'association "Ville - Régiment", pour le bénéfice de tous.

Capitale mondiale du Parfum, Grasse ville pleine de douceur.

Nous y fûmes reçus par M. Eric FABRE, directeur général de la Maison Fragonard, pour la découverte du Musée International de la Parfumerie dédié au plus célèbre enfant de la ville de Grasse, le peintre Jean-Honoré Fragonard (1732-1806) ; musée où est présenté une quinzaine de ses œuvres majeures. Dans cette ville mythique, l'importance du Parfum est évidente. le Parfum pour Communiquer, le parfum pour Soigner et le parfum pour Séduire.

La fabrication du parfum a évolué dans le temps. Au moyen âge, grâce à l'apport des alambics par les arabes, commence la distillation, les huiles essentielles, etc.

C'est en 1870 qu'avec la "vanilline", commence l'utilisation de l'odeur synthétique. Ainsi se développent, les arômes alimentaires, le parfum pour les lessives et les cigarettes. Quasiment toute la matière première, vient de l'étranger, dont Madagascar.

PRODAROM, fondé à Grasse en 1898, est le Syndicat National des Industries de la Parfumerie. Il est composé de 160 membres et défend les intérêts réglementaires qui augmentent d'une manière considérable.

Depuis 40 ans, il a créé un centre de formation (apprentissage, alternance, insertion) école de la parfumerie : Ecole de Formation des "Nez". Depuis 2002, l'école internationale du parfum, transfère son savoir aux étudiants étrangers, 12 élèves par an, dont 50% venant d'Europe.

Depuis 2011, a été créé la "Science des Saveurs". L'école du goût, alimentaire, aromaticien, représente 40% du chiffre d'affaires sur Grasse.

A visiter dans la ville de Grasse, la Villa Saint Georges, magnifique bâtisse construit en1800 et qui peut être loué pour l'événementiel.

Monsieur Jean Pierre LELEUX, Sénateur, Parlementaire et Maire Honoraire de Grasse est la personnalité la plus imminente dans la promotion de sa Ville dans le monde. Après l'inscription au patrimoine immatériel de la France, depuis 2014, il œuvre ainsi pour l'inscription, au patrimoine de l'UNESCO des "SAVOIRS FAIRE LIES AU PARFUM EN PAYS DE GRASSE".

Au mois d'Août 2014, nous avons assisté au "Parrainage par la ville de Grasse, du 3ème Régiment d'Artillerie de Marine" (3ème RAMA), qui est basé à Conjuers, dans le Haut-Var (83). La proximité géographique explique déjà ce rapprochement entre la ville et le régiment. Mais il y a surtout, cette tradition de lien "Armée - Civil" qui existe depuis treize ans entre Grasse et les "Bigors" du 3ème RAMA. Grasse, ville du parfum était représentée par son Maire : Jérôme VIAUD, ainsi que par le Sénateur, Maire Honoraire de Grasse, Jean Pierre LELEUX. Quant au régiment, c'est au Chef de Corps, le colonel REINBOLD, qu'est revenu l'honneur de signer la "Charte" de parrainage. Parrainage qui s'exprimait déjà, et s'exprimera dans différentes actions comme l'envoi de colis-cadeaux par la population civile de Grasse, aux soldats en opération extérieure (OPEX) en Afghanistan ou au Mali, pendant les fêtes de Fin d'Année. Pour rappel, le 3ème RAMA est spécialisé en appui-Feu et renseignement au profit de la 6ème Brigade légère blindée.

A une époque, où les français, avec les restrictions budgétaires, s'interrogent sur le rôle de son Armée, ce lien de parrainage vient renforcer l'idée selon laquelle, tous les membres de la société (civils et militaires), font partie d'un tout, où chacun a sa place, et où tout le monde est interdépendant, et que le rôle de soutien moral est tout aussi important que celui de défense active. Encourageons donc, ce type d'association "Ville - Régiment", ans le bénéfice de tous.

Capitale mondiale du Parfum, Grasse ville pleine de douceur.

Nous y fûmes reçus par M. Eric FABRE, directeur général de la Maison Fragonard, pour la découverte du Musée International de la Parfumerie dédié au plus célèbre enfant de la ville de Grasse, le peintre Jean-Honoré Fragonard (1732-1806) ; musée où est présenté une quinzaine de ses œuvres majeures. Dans cette ville mythique, l'importance du Parfum est évidente. le Parfum pour Communiquer, le parfum pour Soigner et le parfum pour Séduire.

La fabrication du parfum a évolué dans le temps. Au moyen âge, grâce à l'apport des alambics par les arabes, commence la distillation, les huiles essentielles, etc.

C'est en 1870 qu'avec la "vanilline", commence l'utilisation de l'odeur synthétique. Ainsi se développent, les arômes alimentaires, le parfum pour les lessives et les cigarettes. Quasiment toute la matière première, vient de l'étranger, dont Madagascar.

PRODAROM, fondé à Grasse en 1898, est le Syndicat National des Industries de la Parfumerie. Il est composé de 160 membres et défend les intérêts réglementaires qui augmentent d'une manière considérable.

Depuis 40 ans, il a créé un centre de formation (apprentissage, alternance, insertion) école de la parfumerie : Ecole de Formation des "Nez". Depuis 2002, l'école internationale du parfum, transfère son savoir aux étudiants étrangers, 12 élèves par an, dont 50% venant d'Europe.

Depuis 2011, a été créé la "Science des Saveurs". L'école du goût, alimentaire, aromaticien, représente 40% du chiffre d'affaires sur Grasse.

A visiter dans la ville de Grasse, la Villa Saint Georges, magnifique

bâtisse construit en1800 et qui peut être loué pour l'événementiel.

Monsieur Jean Pierre LELEUX, Sénateur, Parlementaire et Maire

Honoraire de Grasse est la personnalité la plus imminente dans la

promotion de sa Ville dans le monde. Après l'inscription au patrimoine

immatériel de la France, depuis 2014, il œuvre ainsi pour l'inscription, au patrimoine de l'UNESCO des "SAVOIRS FAIRE LIES AU PARFUM EN PAYS DE GRASSE".

Par Aurelie RANIVOARISOA