Contact

✉ Contact
Vous êtes ici : AccueilAccueilA la une« Léonard de Vinci invité à l’Ambassade d’Italie à Paris »*

« Léonard de Vinci invité à l’Ambassade d’Italie à Paris »*

Invité par François 1er, celui qui sera son mécène, Léonard de Vinci arrivait en France en 1516 au Château du Clos Lucé, après un voyage épique de deux mois à travers Les Alpes. Il y vécut trois ans jusqu’à sa mort le 2 mai 1519. Voilà 500 ans que la France a eu le privilège de recevoir celui qui fut nommé par François 1er « le premier peintre, architecte et ingénieur du Roi ».

Aujourd’hui, grâce aux actions communes entre la diplomatie italienne et française, nous avons le privilège rare de découvrir des œuvres d’une extrême beauté, tant par leurs qualités picturales que techniques. Des œuvres prêtées par de nombreux musées italiens.

L’exposition commence par la présentation de documents passionnants qui retracent la reconstruction de l’itinéraire du voyage de Rome à Amboise. Puis on entre dans l’atelier de Léonard… Et, dans des salles plus somptueuses les unes que les autres, la visite se poursuit par la présentation de dix œuvres sublimes, derrière lesquelles se cache souvent la main du Maître ! Puisque, pour la plupart des œuvres présentées, il s’agit de tableaux de ses plus proches élèves.

Parmi toutes ces merveilles, nous admirons entre autres, une huile sur bois « Léda et le Cygne », inspirée de la célèbre mythologie grecque dans une magnifique composition graphique emblématique; il s’agit d’une copie du tableau perdu de Léonard de Vinci réalisée par Francesco Melzi, l’un de ses élèves les plus doués.

leda et le cygneAttribuée à Gian Giacomo Caprotti dit Salai, cette huile sur bois (ci-dessous) représente Saint Jean Baptiste, un Saint pour les uns, un Prophète pour les autres, qui a inspiré tant d’artistes au cours des siècles !

 saint jean baptiste                                                                           

D’autres tableaux de l’atelier du Maître représentent ce même «Saint Jean Baptiste», levant un doigt vers le ciel, un geste ô combien symbolique !

saint jean baptiste ape

Et, certainement en hommage au célèbre génie italien, est mis en exergue le fameux tableau de Jean-Dominique Ingres, intitulé « François 1er reçoit le dernier soupir de Léonard de Vinci ».

le dernier soupir

Pour terminer cette visite inoubliable, et en apothéose d’une exposition flamboyante, nous entrons dans toute la splendeur d’une sorte de salle de bal, pour découvrir comme dans un écrin son joyau, l’un des chefs d’œuvre (même s’il est inachevé, dit-on) de Léonard de Vinci, « La Scapiliata » (L’ébouriffée).

On resterait inlassablement devant cette Oeuvre d’Art, ce visage de femme, d’une délicatesse infinie, empreint de mystère, de beauté et d’un ailleurs, reflet d’une âme singulière.

la scapiliata

Dans une mise en scène totalement moderne, il s’agit là d’une exposition d’œuvres inédites qui se complètent et se répondent comme dans une sorte de symphonie artistique.

Partir à la découverte d’un univers irréel tant sa beauté nous transcende, c’est s’offrir une flânerie dans le temps, témoin d’un passé riche de sens, de talents incontestables et d’un génie incontesté.

-----------------------------------------

* Dans cet hôtel particulier, du XVIII ème siècle, dénommé Hôtel de la Rochefoucauld-Doudeauville, siège de l’Ambassade d’Italie, 47 rue de Varenne 75007 Paris.

Jusqu’au 20 novembre 2016,

entrée libre, tous les jours de 11 h à 17 h.

N.B. En appui de cette somptueuse exposition, le catalogue intitulé « LEONARD EN FRANCE, le Maître et ses élèves 500 ans après la traversée des Alpes 1516-2016 », est réalisé magnifiquement par les Editions Skira. Sa lecture « offre des clés de compréhension de toutes les dimensions artistiques et scientifiques » du voyage légendaire de Léonard de Vinci, génial emblème de la Renaissance !

                                                                                             

Par Lydie-Léa Chaize, journaliste