Contact

✉ Contact
Vous êtes ici : AccueilLes billets de LÉA

Jean-Yves Aurégan expose dans une galerie d’art, à Auvers sur-Oise.

auregan-galerie-mezieresIsabelle et Christophe Mézières ont créé un espace grandiose digne de la notoriété de Van Gogh dont l’ombre plane à tout bout de champs... de cette « petite » ville de l’Oise, si attachante.

Passée une maison ancienne avec un pignon datant de la fin du XIX ème siècle, cette galerie d’art reflète la modernité par sa conception architecturale. Merveilleux écrin pour mettre en valeur les œuvres de l’artiste Jean-Yves Aurégan.

Une exposition inaugurale d’une richesse à vous couper le souffle, tant la puissance des œuvres présentées nous transpose dans un univers où la beauté devient quasi mystique. Ici, tout est à réinterpréter parce que nous sommes dans une autre dimension, celle du dépassement de soi, celle de l’instant où l’on imagine l’artiste « attaquant » sa grande toile vierge, dans un geste puissant, décidé à en découdre ! Les couleurs jaillissent des mixtures qu’il invente ; les huiles rouges, jaunes, bleues, vertes, … sont autant de composantes malaxées et pétries avec des éléments divers et variés qui donnent de l’épaisseur, de la densité, de la profondeur aux champs de tamaris, de coquelicots, « au champs d’en face », …, à une « Samothrace » suggérée, symbole féminin d’une victore annoncée, faisant corps avec la nature. Une énergie flamboyante par touches vigoureuses qui invente une nature inspirante que le peintre fait sienne.

Les dessins, au fusain et à l’encre de chine sur un papier arche légèrement gratté, donnent du velouté et exaltent des corps imaginaires, voluptueux, pleins de mystère. Nul doute que Jean-Yves Aurégan, inspiré aussi par ses prédécesseurs et, au premier chef par Van Gogh, l’homme à l’oreille coupée, se dégage de toutes les influences impressionnistes, voire expressionnistes pour nous offrir une oeuvre accomplie qui nous emmène loin, très loin dans un univers d’une beauté étourdissante…

 

* les visites de la galerie sont sur rendez-vous : au 06 22 19 75 58 ou par courriel : isabelle @galeriemezieres.com

* l’exposition se poursuit jusqu’au mois de mars 2013.

 

                                                                                     Lydie-Lea CHAIZE 

« Jeanne d’Arc au Bûcher » de Paul Claudel *

« Jeanne d’Arc au Bûcher » de Paul Claudel *

 

« Hérétique, Sorcière, Relapse. Frère Dominique ! Tout cela, c’est Jeanne d’Arc ? Est-ce vrai ? Est-ce moi qui suis tout cela ? ». Ces mots dans la bouche de Mélanie Pichot (Jeanne d’Arc) prennent une ampleur compassionnelle et nous entraînent dans le combat sans merci de cette héroïne de l’Histoire de France, pour le moins controversée.

Mais, ici on veut y croire tant la comédienne se donne avec justesse, force et fragilité à la fois, à la mesure de son talent, répliquant à Pierre-Yves Desmonceaux (Frère Dominique) dont la réputation n’est plus à faire tant son répertoire interprétatif est riche d’œuvres souvent difficiles. Sa présence physique et sa voix suffisent à nous séduire… Dans cette antre qu’est la Crypte de l’Eglise, parfaitement adaptée à cette oeuvre quasi mystique, la mise en scène d’Emmanuel Ray est sobre et les mots, les chants et les choeurs se répondent, mis en valeur par une composition ardue de Olivier Messian que François Cornu interprète au piano en virtuose averti, avec une grande maîtrise et beaucoup de subtilité.

C’est en 1938 qu’eût lieu la création de cet oratorio dont le compositeur Honegger déclara modestement : « L'apport de Claudel a été si grand que je ne me reconnais pas comme l'auteur, mais comme un simple collaborateur »…

Cet hommage à Paul Claudel trouve son écho dans ce qu’écrit Emmanuel Ray à propos de ce texte magistral : « Je veux respecter et réagir sur le ver de Claudel. Je veux l’entendre dans sa forme et dans notre perception charnelle sensitive. Je travaille la syllabe, je travaille le phrasé dans ce qu’il nous révèle du sens intime du récit ».

 

A ne pas manquer, ce moment de théâtre vécu hors du temps.

 

* Crypte de l’Eglise St-Sulpice, 33 rue Saint-Placide 75006 Paris. Jusqu’au 27 octobre 2012. Réservations et renseignements : 02 37 33 02 10.

 

                                                                                                              Lydie Léa Chaize,

apepresseetrangere.org ; blog4ever.com ; facebook.com 

 Le Chœur de la Cathédrale

le-coeur-de-la-cathedrale* Un voyage culturel à Beauvais où 2000 ans d’Histoire nous sont contés…

 

Un périple très dense mais, ô combien riche en multiples découvertes. Nous avons été accueillis par Caroline Cayeux, Sénateur de l’Oise et Maire de Beauvais: « Cette nouvelle saison culturelle, nous dit-elle, est synomyme de créativité, d’émotion, d’audace et de plaisir…une balade de rencontres multi culturelles ». Alors baladons-nous !

 

Une visite passionnante à La Manufacture Nationale de la Tapisserie, fondée en 1664 par Colbert et, installée désormais dans des abattoirs construits au XIX ème siècle. Nous avons pu admirer là, le travail minutieux de ces lissiers qui perpétuent la technique de la basse lisse, dans un silence quasi religieux. Une vraie passion, un véritable sacerdoce à écouter notre guide, lissier lui-même.

 

Arrivée ensuite à La Maladrerie de Saint-Lazare, dont l’architecture hospitalière est spécifique des XII ème et XIII ème siècles et, dans un contraste saisissant nous découvrons, flanquée dans une mare, une structure architecturale contemporaine d’une grande modernité. Cette création plastique extrêmement pure et totalement aboutie est l’œuvre de 2 jeunes architectes, Andy Cao (demeurant à Los Angeles) et Xavier Perrot (à Paris) qui se sont imprégnés de l’Histoire des Lieux : « Le visiteur est invité à marcher sur la mare, traversant une hémisphère de 5000 billes de verre rouge, fixées au sommet de hautes tiges métalliques » sic. D’inspiration biblique, c’est là l’évocation du sang du Christ et de la purification du corps et de la maladie, celle des lépreux, pris en charge à l’époque, par une communauté de religieuses.

 

Plus tard, en centre-ville, nous avons pu admirer, dans le chœur de l’ancienne collégiale Saint-Barthélémy, le pendant de la précédente œuvre : une grande coupole formée de milliers de cristaux transparents suspendus, révélant des éclats de lumière, symbole de la purification de l’âme.

 

Et, dans cet esprit, suit une invite à la méditation dans la Cathédrale Saint-Pierre au style gothique flamboyant dont « l’exceptionnelle hauteur des voûtes (48,5 mètres !) en fait la plus haute du monde ! » sic.

 

A la tombée de la nuit, le portail de la Cathédrale fait l’objet d’un extraordinaire spectacle de lumière, de projections d’images : anges, prophètes, tapisseries de la manufacture beauvaisienne, etc..., au son d’une belle musique alliant passé et présent.

 

* jusqu’au 15 septembre 2012, nombreux évènements culturels dans cette ville labélisée «Ville d’Art et d’Histoire » : - - > créations plastiques à La Maladrerie

- - > nombreux cycles de conférences, concerts divers et variés

- - > expositions dans différents lieux du patrimoine beauvaisien

- - > à la tombée de la nuit « La Cathédrale Infinie », un spectacle de grande qualité conçu et réalisé par Hélènne Rochard et Jean-Michel Quesne.

 

Informations sur plusieurs sites dont : www.beauvais-cathedrale.fr

 

                                                                            Mai 2012 Lydie Léa Chaize