A Marseille, un restaurant incontournable, LE RHUL *…

marseille-lydieCette année Marseille est la Capitale Européenne de la Culture et c’est, plus que jamais, l’occasion de vous enrichir de toutes ces cultures propres au bassin méditerrannéen. Vous vous délecterez des nourritures intellectuelles sans pour autant négliger les nourritures terrestres…

 Et, quand on est à Marseille, quoi de plus naturel et de plus jouissif que de déguster une « bonne bouillabaisse » ? Certes, si la chanson de Fernandel raisonne, en la ciconstance, à nos

« Ah ! que c’est bon la bouillabaisse.

 Ah ! mon dieu que c’est bon bon bon »

« Ah ! que c’est bon la bouillabaisse.

 Ah ! mon dieu que c’est bon bon bon »,

suffit-elle à « chanter » toutes les qualités d’une bouillabaisse ?… Je suppose que nous en avons tous goûté des bouillabaisses ! Des bonnes, des moins bonnes, des excellentes, des réussies, des…pas réussies, mais celle de ce fameux restaurant, magnifiquement situé sur la corniche face à la mer, Le Rhul, est au delà des mots. Tout chef digne de ce nom et, de surcroît marseillais, connaît tous les ingrédients nécessaires à la réalisation de la bouillabaisse mais, ce critère là suffit-il à sa réussite ?

C’est en 1950 que Gabriel Galligani crée Le Rhul avec son épouse. Lui succède son fils Alex qui, en 1980, fonde avec quelques uns de ses confrères restaurateurs, la Charte de la Bouillabaisse Marseillaise, dans le but de protéger la réputation de ce plat internationalement connu et reconnu. Alex Galligani étant décédé il y a 2 ans, cette affaire de famille est désormais reprise par ses 2 filles Christine et Gabrielle qui dirigent l’ensemble Hôtel/Restaurant.. La règle qui consiste à dire que la réussite d’un plat est aussi une affaire mais, une affaire de tour de main… se vérifie au Rhul, d’autant que le Chef Jean-Marie Bizzet, qui officie depuis une quinzaine d’années a été formé à « l’Ecole Galligani ». Oui, ici la bouillabaisse est incomparable !

Sur une desserte, tout est là : un grand plat garni des poissons adéquats qui seront délicatement découpés par l’homme de l’art, une soupière contenant un bouillon dont on devine une vraie consistance et une rouille safranée à souhait qui se révèlera avoir une pointe subtile d’un ingrédient indéfinissable… Le simple détail qui consiste à nous servir, les différents poissons, au fur et à mesure de nos envies, en y ajoutant une ou deux louches de ce bouillon «sublime » pour réchauffer le tout, démontre, s’il en était besoin, que nous sommes ici dans « Le Temple de la Bouillabaisse ». Pour couronner ces merveilleux instants, l’accueil, le sourire, le cérémonial discret et l’ambiance chaleureuse ne sont pas négligeables. Tout concourt, dans ce lieu, à vous sentir à l’aise et à profiter ! Carpe Diem.

 Une affaire de famille, vous disais-je !

* Le Rhul, 269 corniche J-F Kennedy 13007 Marseille

   04 91 52 01 77 /  lerhul@live.fr

                                                   Lydie-Léa Chaize, journaliste

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.