« Femmes de l’ombre 1914-1918 » *

                                                                               Une pièce écrite et interprétée par Brigitte Bladou.

Qui n’a pas entendu parler de la Première Guerre Mondiale, La Grande Guerre. Celle qui a ravagé la vie de millions d’hommes et de femmes et que l’on commémore par de multiples évènements dont au théâtre, cette très belle pièce qui se joue actuellement à Paris, après avoir été créée à Avignon cette année,  dans  le cadre  du Festival Off.
« Femmes de l’Ombre » met l’accent  sur le rôle fondamental joué par les femmes, pendant ces 4 années de guerre, tandis que les hommes étaient au combat. Louise, l’héroïne de ce moment tragique de l’Histoire nous raconte son combat de tous les instants : sa vie à l’usine, sa vie de militante, sa vie de mère, sa vie de femme  et ses angoisses au travers d’une correspondance entretenue par à-coups avec son époux, parti au front.  

brigitte-bladou

                                                                                                      Brigitte Bladou, joliment éclairée par Patrick Chambefort

Dans un texte fort, vibrant et sans fioriture, la musique et les chansons de l’époque prennent toute leur place grâce à une comédienne passionnée qui nous éclaire, à l’instar de Simone de Beauvoir, sur la place occupée par les femmes
dans les  moments tragiques de l’existence. Ces femmes que René Viviani, Président du Conseil d’alors, interpellait en ces termes :  
« Debout Femmes Françaises, jeunes enfants, fils et filles de la patrie. Remplacez sur le champ  du travail ceux qui sont sur le champ de bataille. Préparez-vous à leur montrer demain la terre cultivée, les récoltes rentrées, les champs ensemencés. Il n’y a pas dans les heures graves de labeur infime. Tout est grand qui sert le pays. Debout, à l’action, à l’œuvre. Il y aura demain de la gloire pour tout le monde ».

Elles en ont mis du coeur à l’ouvrage !… ces femmes qui, de femmes au foyer, sont devenues des soutiens de famille en étant fermières, épicières, chefs d’entreprise, …., alors que leurs époux subissaient de la part de l’ennemi allemand les pires horreurs, encouragé par un empereur qui, au nom de Dieu, exhortait ainsi son peuple : « Rappelez-vous que vous êtes le peuple élu. Je suis l’instrument du très Haut, je suis son glaive ».

Il leur en a fallu du courage à ces femmes pour traverser certains moments cauchemardesques dont celui,
difficilement soutenable, que nous raconte l’auteur :
A Douvres près d’Anvers, un officier Allemand a arrêté un ouvrier Belge. La femme du malheureux pleurait réclamant
son mari : « Nous avons huit enfants, si vous nous enlevez notre unique soutien, comment pourrons-nous vivre ? ». «
Je vois que vous avez huit enfants mais j’ai  un remède » lui répond l’officier en souriant. Il fait disposer les 8 enfants contre un mur et ordonne aux soldats de tirer. Quand le 5ème enfant tombe criblé de balles, l’officier se tourne vers les parents terrorisés et leur dit « Maintenant, vous n’avez que trois enfants, le problème est résolu. »  

Oui, Brigitte Bladou nous raconte la guerre – 1562 jours -, les moments de tristesse et de joies passagères
sans les hommes mais, souligne avec force l’importance du rôle qu’a joué la femme dans une société en proie à la folie humaine. Plus généralement et de façon sous-jacente, cette pièce nous rappelle que l’émancipation des femmes ne datent pas d’hier ; cependant, l’amélioration de leur statut doit être, encore au XXI ème siècle, une préoccupation constante !…

Par la mise en scène très sobre du bien connu directeur d’acteurs Raymond Acquaviva et, au travers de son joli sourire empreint de gravité et d’un jeu
délicat, la comédienne, tour à tour inquiète, tourmentée mais, jamais résignée, nous offre 75 minutes d’émotion pour que subsiste la mémoire des hommes.
A ne pas manquer. 

—————————–
* Théâtre du Petit Hébertot, 78 bis Bd des Batignolles 75017 Paris
Réservations : 01 42 93 13 04 / petithebertot.com
Les lundis et mardis à 20 heures.
Jusqu’au 30 décembre 2014   
                                                                                                                                                                                                                   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.