L’Homme a de nouveau son Musée à Paris!

Musee de l homme_0Marre de la Ville Lumière, la Tour Eiffel, les Champs Elysées… ? Vous connaissez par cœur Versailles, le Louvre, les Tuileries ? Plus envie de bateaux-mouches sous le Pont Neuf, ni de Bus Open Tour Hop-on/Hop-Off sur les grands boulevards de la capitale… ? Eh bien il est temps de réserver de nouvelles dates pour Paris. Depuis moins d’un an, trois nouveaux lieux superbes ont ouvert/ré-ouvert dans la 2ème ville la plus visitée en Europe.
La Fondation Louis Vuitton au Bois de Boulogne, ce fameux vaisseau d’art contemporain réalisé par l’américain Frank Gehry et son million deux cent mille visiteurs depuis son ouverture en début d’année; Le nouveau Musée Picasso revisité dans son superbe Hôtel Salé du Marais.

Et puis le Musée de l’Homme, Place du Trocadéro face à la Tour Eiffel, ré-ouvert il y a moins d’un mois après plus de six ans de travaux. Le musée de l’Homme qui abrite l’histoire de l’Homme depuis ses origines , n’a pas déménagé. Il occupe toujours l’aile ouest du Palais de Chaillot, bâtiment Art déco construit  pour l’Exposition universelle de 1937. En poussant les lourdes portes d’entrée, les visiteurs ne retrouveront pas les collections poussiéreuses et vieillottes de l’ancien Musée mais des collections renouvelées, réinventées enrichies…

« Avant sa rénovation, cet établissement qui est l’un des sites du Muséum national d’histoire naturelle accueillait environ 150.000 personnes par an. Il espère en recevoir 400.000 dès cette première année » précise Cécile Aufaure, directrice du projet de rénovation qui a duré plus de six ans et coûté près de 100 millions d’€ de travaux.

Rénové, repensé, lumineux, avec ses larges espaces et une vue superbe sur la Tour Eiffel donc, le musée propose aujourd’hui une scénographie moderne, sobre et scientifique.
« La galerie permanente s’articule autour de trois questions fondamentales « Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? » « Où allons-nous ? ». Pour répondre à ces questions : des collections de plus de 700.000 objets de préhistoire et de 30.000 ensembles d’anthropologie, auxquels s’ajoutent 6.000 objets « illustrant l’appropriation de la nature par les sociétés humaines » continue Cécile Aufaure

La grande galerie de bustes

musee-de-lhomme_galerie_Bustes

Le musée insiste sur la diversité humaine. Pièce maîtresse de cette réouverture Une structure de 11 mètres de haut sur 19 m de long reliant les deux niveaux, présente un rail en aluminium portant 90 bustes en bronze et en plâtre réalisés au XIXe siècle par des scientifiques à partir de moulages sur des populations autochtones d’Amérique, d’Afrique ou d’Asie.. S’y trouvent notamment ceux de Sied Enkes, ancien esclave soudanais arrivé en France en 1838, celui d’Eleonora Elizabetta Asenat, une Inuite de 27 ans, ou celui de l’ancien recteur de l’université de Copenhague.

Dans « la Galerie de l’Homme » – le parcours permanent qui s’étend sur 2.500 m2 -, on peut découvrir le crâne de l’homme de Cro-Magnon et celui du philosophe Descartes (mort et enterré à Stockholm en 1650 mais rapatrié quelques années plus tard dans des circonstances suspectes… Il existerait 5/6 crânes du philosophe. Est-ce réellement le sien même s’il y est toujours gravée cette citation latine ?).

À l’étage supérieur se déploie la «salle des trésors». C’est ici que s’admirent, dans la pénombre, les quatre merveilles du musée datant du Paléolithique supérieur: la Vénus de Lespugue, statuette en ivoire de mammouth découverte en 1922 en Haute-Garonne et réalisée il y a 23.000 ans ; le mammouth de la Madeleine, gravé il y a plus de 12.000 ans et découvert en 1864 en Dordogne ; le Propulseur aux bouquetins, arme de jet datant de 14.000 av. J.-C. et trouvé en 1911 en Ariège ; ainsi que le bâton percé de Montgaudier en bois de renne, extrait de la grotte charentaise en 1866.

Et puis le nouveau musée de l’Homme se veut le plus interactif possible.

A écouter un planisphère mural : Il existe plus de 7.000 langues parlées par 7 milliards d’humains dans le monde. Un patrimoine immatériel à protéger, alors que certaines sont en voie de disparition. Le musée de l’Homme a joué la carte de la nouveauté avec un planisphère mural flambant neuf. Le visiteur est invité à «tirer les langues» pour écouter les langages du monde, 30 différents en l’occurrence.

A toucher: ce n’est donc pas parce qu’on est musée qu’on ne peut rien toucher, ce temps est révolu. Outre le planisphère, il est possible de toucher les crânes, d’approcher au plus près de diverses pièces: serrer la main à la préhistoire: à un homme de Neandertal, un homo sapiens ou à un chimpanzé! Mais on peut aussi se faire filmer sous les traits d’un néandertalien et marcher comme les hommes préhistoriques, sentir l’odeur d’un feu millénaire, et puis avant de sortir, monter dans un car sénégalais pour voir défiler les paysages, visiter une yourte mongole, humer des préparations à base de riz des quatre coins du monde…
Autant d’expériences sollicitant tous les sens pour découvrir les origines de l’espèce dans toutes ses dimensions et l’humanité sous toutes ses formes.

Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro, 75016 Paris
Ré-ouvert au public depuis le 17 octobre 2015
Tous les jours sauf le mardi, le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre
10h-18h, nocturne le mercredi jusqu’à 21h
Tarifs : 10€ / 8€

Daniel Dray pour www.lefrancofil.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.