Régis Mathieu, un patron vauclusien qui rayonne en France et à l’étranger.

regis-mathieuRégis Mathieu, PDG de Mathieu Lustreries, une société de lustres et luminaires, vous ne le connaissez sûrement pas mais lui vous connait bien: « En Suède il y a de très belles maisons, quand on parle de lumière à trouver , de domaines, de palais et de châteaux à éclairer je me régalerai mais les Suédois n’ont pas connu de révolutions, de guerres depuis bien longtemps ou de revers de fortunes. La Suède n’a pas vraiment souffert des traces du temps et donc ils n’ont pas besoin de mes compétences… » : lance-t-il comme en clin d’œil.

Régis Mathieu vient d’ouvrir une galerie, la Galerie Lumières à Paris à deux pas de l’Elysée. Et le Palais présidentiel, comme l’Opéra Garnier, le Château de Versailles ou les Jardins du Palais Royal font partie des clients de la Lustrerie Mathieu. Tout comme le Palais Farnèse à Rome, l’Académie de musique à Philadelphie et la vitrine du magasin Hermès à New-York… car Mathieu rayonne aussi à l’étranger.

Mais c’est à Gargas dans le Vaucluse près d’Avignon, que nous l’avons rencontré quelques jours plus tôt. Gargas, le Parc naturel régional du Luberon, le triangle d’or des people… la nouvelle patrie de John Malkovitch, Ridley Scott et Pierre Cardin, la porte sur la Côte d’Azur Aix/Marseille et c’est ici que Régis Mathieu a installé son entreprise de lustrerie dans une ancienne usine carrière d’ocres du 19e siècle. Un lieu magique qui rassemble une collection unique de luminaires. « Dans notre collection de lustres anciens, le plus ancien date du 15e siècle. Je l’ai repéré dans un tableau d’un peintre hollandais » précise Régis Mathieu.

Mathieu Lustrerie a 3 activités :
– Le dessin et la création de luminaires contemporains
– La restauration de lustres des Musée et Monuments Historiques
– Enfin la réédition d’anciens lustres
La société a aussi créé une nouvelle ampoule spécifique sur tous ses lustres Evolution One. C’est une ampoule LED qui peut se poser sur la plupart des lustres grâce à un adaptateur et qui est censée restituer parfaitement le look mais surtout l’ambiance lumineuse d’une flamme d’une vraie bougie, son halo et sa couleur. « En plus elle éclaire 3 fois plus que la bougie, elle ne consomme presque rien et sa durée est de 30.000 heures quasi éternelle » ajoute Régis Mathieu « Ce que je veux quand je vends un lustre c’est vous donner l’ambiance du lustre d’origine ».
L’entreprise créée à Marseille dans les années 40 par le père de Régis a compté plus de 200 salariés. En 1992 à seulement 20 ans, après une école de commerce et un MBA, son fils souhaite relancer l’affaire alors en pleine crise après la désaffection du grand public pour les lustres.
« Je dispose d’une chaîne de vraies compétences, des bronziers, des ciseleurs, des doreurs, des verriers, des monteurs, des dessinateurs des sculpteurs des vrais artisans d’art et comme dans toute chaîne chaque maillon est important et en fait mon rôle est d’être l’œil, tracer la direction, donner la lumière… !  Je dis toujours que je suis un éclairagiste, un bijoutier de plafond ! Chaque produit a mon empreinte » précise Régis Mathieu.
L’entrepreneur s’est spécialisé dans le sur-mesure. Il va chercher ses clients un par un. « Je leur propose un savoir-faire en restant ouvert à leurs besoins en leur disant on a une compétence, une histoire, un passé, vous avez un lieu, un plafond, un crochet…. 0n peut sûrement faire quelque chose ensemble ».

Ainsi il obtient la restauration des lustres de l’Assemblée Nationale, de la Comédie Française, puis il décide de développer son business à l’International. Régis Mathieu dispose aujourd’hui d’un magasin à New-York, à New-Dehli et d’un show-room à Moscou. Ses clients sont l’Opéra de Monaco, la boutique Cartier à Saint-Pétersbourg ou un designer qui lui commande une création pour l’aéroport de Macao.
A ce jour son carnet de commandes est rempli jusqu’en 2017.

Leader dans son domaine l’entreprise fournit des pièces d’exception réalisées par une équipe de 20 salariés dont elle complète la formation. « Un jeune qui sort d’une école d’art aussi bonne soit-elle, Bull ou autres, aura besoin d’une bonne dizaine d’années avant d’acquérir des gestes qui soient des automatismes et qui nous permettent de réaliser un produit parfait » précise le PDG.

En 2012, le chiffre d’affaires de Mathieu Lustrerie est en constante progression pour atteindre les 6 millions d’€. A Gargas pour rester dans le ton il a ouvert un Musée de Lustres qui expose en permanence une collection unique au monde de plus de 250 modèles de tous pays, tous styles, toutes époques. Il nous a précisé qu’il n’avait pas encore de lustres suédois et qu’il aimerait bien quelque chose fin 18ème… pour exposer ici ou dans sa nouvelle galerie parisienne ! Var så god och bjud på !

Par Daniel Dray

Plus d’infos sur www.mathieulustrerie.com
Galerie Lumières au 2 rue de Miromesnil 75008 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.