Exposition Anna Gaiss, une jeune artiste talentueuse.

exposition-anna-gaissAnna Gaiss, une jeune artiste talentueuse.

 

L’univers particulier de ses tableaux révèle une réflexion philosophique profonde relevant de la symbolique des traditions religieuses anciennes qui émanent de l’Occident et de l’Orient. J’en veux pour preuve les titres de quelques unes de ses toiles « Jardin des délices », « Monde flottant », « Ganesha »,…

L’être humain doté de conscience est en constante évolution, parfois même se plongeant dans ses propres profondeurs il est également en constante mutation et… de chrysalide, il devient papillon d’où le titre d’un tableau « Métamorphose ».

 

Anne Gaiss nous ravit parce qu’elle peint avec son intelligence, son cœur et son âme… Ses envolées lyriques, dans des tourbillons de couleurs châtoyantes, nous enchante et nous transporte de joie.

Et comment ne pas penser à Jérôme Bosch tout particulièrement quand on découvre le tableau intitulé « Jardin des Délices » ? La parenté ne se situant pas uniquement dans l’évocation du titre mais dans cet univers fantasmagorique et fantastique jusque dans la facture même du travail de l’artiste.

Magnifique travail que ces collages sur du papier ancien, que ces assemblages d’encre et de dessins au crayon, que ces vernis et ces huiles superbes sur toile !

Tout un monde ésotérique constellé de corps célestes, de personnages mythologiques et de divinités païennes.

Cette exposition est aussi un festival d’Histoire Naturelle par la composition de certains tableaux aux corps torturés composés d’éléments minéraux et végétaux. Un retour à la Nature, chère à Rousseau. En substance, nous Anne Gaiss : « Mon univers s’inscrit dans chaque fleur, dans chaque fruit pour devenir femme et inversement. La femme quitte le giron de sa mère pour retrouver la Mère Universelle, source de toute vie et de toute création ».

 

Ici, l’artiste nous présente de belles œuvres métaphoriques, ô combien oniriques ! D’où émane une intériorité évidente. Kandinsky a écrit : « L’artiste doit être aveugle vis-à-vis de la forme reconnue ou non reconnue, sourd aux enseignements et aux désirs de son temps. Son œil doit être dirigé vers sa vie intérieure et son oreille tendue vers la voie de la nécessité intérieure ». N’est-ce pas là tout l’enseignement qu’a retenu Anne Gaiss ? A qui nous souhaitons une belle et fructueuse route. Partez pour un moment magique d’évasion ! Une invite dans un bel espace orchestré avec Amour et Passion pour l’Art par Arnaud Bard.

 

* F.A.E Galerie « L’Atelier » 92 avenue jean-Baptiste Clément 92100 Boulogne. Tél : 06 70 77 36 47. Site Web : www.fae.fr Jusqu’au 31 mai 2012

 

                                                                         Lydie Léa Chaize, journaliste 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.