Français de naissance, Italien de cœur

jean gilbert adamJean Gilbert Adam vive tra diversi paesi. E’ rientrato da poco dal Senegal dove ha girato un film. In Italia per anni ha svolto diverse attività, come cantante, interprete, assistente realizzatore… In Francia, tra l’altro, anche scrittore, già due romanzi di successo  » Le papillon d’argile  » (Ed. de La Fontaine de Siloé) e  » La mémoire de L’An-Passa  » (Ed. Historic ‘ One). Un terzo romanzo  » Sortie sans issue  » è in lettura chez  » Denoël ed attualmente sta scrivendo il quarto « Via del babuino  » che ha come scenario Roma.

 

Ha appena terminato di girare un film, il titolo ?
« Les baobas ne poussent pas en hiver » che abbiamo realizzato esattamente à Saint-Louis-du-Senegal.

La storia del film ?
Preferisco raccontarla in francese : « Jean-Yves Baiile 45 ans arrive de Marseille pour tenter de donner un nouveau sens à sa vie. Sans grande conviction, il va poser ses valises dans le petit hôtel tenu par Angelo Martini vieux routard de l’Afrique, personnage blasé, mystique et au caractère plutôt rugueux !
Jean-Yves est angoissé par cette quête .Il a quitté Marseille et un passé qu’il traine comme un boulet .Il doit trouver du travail et pour ce faire partir pour Dakar.
A la gare de Saint-Louis les trains ne circulent plus depuis bien longtemps et ce n’est pas le vieil illuminé, au guichet qui va le lui dire !
Babacar Fall lui a vingt-cinq ans et son avenir c’est l’Europe…Du moins le croit-il .Quelques colifichets vendus à des touristes lui permettront de payer le passeur, il en est sûr.
Jean-Yves ne s’embarrasse pas du sort de gamins comme Babacar. Des jeunes africains prêts à tout pour fouler la terre promise, il en a suffisamment vus dans les rues de Marseille, il en a suffisamment exploités… Trop. C’est pour cela qu’il a fui. Il lui faudra tout l’amour désintéressé de la jeune Coumba pour qu’il en prenne conscience.
Comme une repentance, il va alors accepter de conduire le vieux taxi-brousse de Mamadou Fall l’oncle de Babacar pour remplacer l’insaisissable « Elvis  » épris de rêve américain. Jean-Yves va se racheter ; il le promet, il va même redonner vie – à sa façon – à la gare désaffectée. Mais Jean-Yves,pas plus que Babacar n’a la maitrise de cette vie de déracinés. »

Savent-ils seulement que les baobabs ne poussent pas en hiver ?

E’ lei che ha scritto i dialoghi ?
Si, mi sono occupato anche della Direzione artistica e dello scenario con l’aiuto di Henri Henriol, il realizzatore del film.

Chi sono gli attori ?
Richard Bohringer, Jean-Jacques Levessier, Nathalie Vairac, Djibril Pavadé et Bachirou Diakhaté.

Ha avuto problemi per la realizzazione?
Il nostro film è sato prodotto da « LA CASE à FILMS  » con la participazione finanziaria di FOND IMAGES AFRIQUE e l’ORGANISATION INTERNATIONALE de la FRANCOPHONIE.
La crisi che traversano la Francia, l’Europa e una parte del mondo non ha, per il momento e speriamo che duri, un impatto visibile sul pubblico.

Il film è già stato presentato ?
Al Festival “Lumière d’Afrique” nel novembre 2012 à Besançon dove ha ottenuto una formidabile accoglienza. Siamo invitati ai Festivals d’Agadir – Marocco, in Svizzera a Friburgo nel mese di marzo e a Lausanna in agosto.
Restiamo in attesa di un distributore. TV5 Monde è interessata all’acquisto del film a condizione che esca nelle sale. Condicio sine qua non !

Un motto ?
« Je voudrais vivre de bravos, mourir d’un éclat de rire et être enterré dans un trou de mémoire ! » Un motto che mi sono ‘costruito’ da solo.

Mary Brilli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.