Théatre : VOLPONE, une comédie drolatique

theatre-volpone* VOLPONE, une comédie drolatique, jubilatoire et grinçante de Ben Jonson, auteur talentueux qui a été en rivalité avec son contemporain, et néanmoins, ami William Shakespeare. Une pièce adaptée avec brio par Tony Cecchinatto et Jean Collette.

Dans une sorte de comedia dell’ arte avant la lettre, les personnages italiens ont des prénoms évocateurs : Volpone signifiant le renard, Voltore, le vautour, Mosca, la mouche ; c’est dire combien le côté sombre de l’homme apparaît en filigramme. Volpone ( Samir Dib, truculent !), un riche vieillard excentrique, tonitruant par moments, et mourant à ses heures, feint une agonie fatale pour appâter de nombreux prétendants au titre d’héritiers.

 

Allègrement aidé par Mosca, une sorte de gouvernante dévouée (surtout à son profit personnel ! ) et fine mouche, Volpone accumule les multiples cadeaux de ces prétendants à sa fortune. Alors, nous assistons à un défilé de gens à la morale douteuse et peu recommandable, dans une ambiance pleine d’allégresse, de scènes burlesques caricaturales, le tout servi par un texte riche et, de toute évidence intemporel !

 

Chaque acteur nous emporte avec talent dans ce cercle infernal de l’aspect le plus sombre de l’être humain qui est de tous temps: la simulation, la convoitise, la vanité, l’avidité, l’appât de l’argent, la cupidité, l’infidélité voire la luxure… Cette comédie douce amère, au trait forcé nous séduit par sa dérision. Nous sommes sous le charme de tous ces comédiens grimés qui jubilent tout autant que le spectateur. Les magnifiques costumes d’inspiration vénitienne, les masques, les marionnettes sont mis en exergue par des éclairages appropriés, une mise en scène et une scénographie particulièrement inventives, dont un plateau qui n’est pas sans évoquer le tourbillon de la Vie, cette éternelle farce humaine…

 

La morale est sauve, rassurez-vous alors, courez voir ce spectacle très enlevé, qui vous fera oublier, l’espace de quelques instants, les tourments de la vie…

 

* au Théâtre Le Ranelagh, 5 rue des Vignes 75016 Paris Téléphone : 01 42 88 64 44. Jusqu’au 2 juin 2012

 

Par Lydie Léa Chaize, mars 2012 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.